Alter’Ego – Le projet

L’association Alter’Ego a été constituée par un collectif d’habitants d’Aurignac et des villages alentour suite à l’annonce de l’ouverture d’un PRAHDA (programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile) à l’automne 2017.
Le centre d’hébergement prévoit l’accueil de 59 personnes, soit 15 familles qui sont progressivement arrivées à compter de la mi-octobre.
Les objectifs de l’association sont de :

  • Faciliter l’insertion sociale des migrants en les aidant à répondre à leurs besoins
  • Favoriser les échanges et créer du lien avec la population et les associations locales
  • Proposer des activités ou événements à caractère culturel / sportif / social ;
  • Orienter et conseiller les migrants.

Plus d’une centaine de personnes se sont rapidement mobilisées et organisées au sein de commissions thématiques : apprentissage du français, transport, activités culturelles, équipement matériel, aide alimentaire, accueil/lien social et relations avec les partenaires.
Toutes les activités mises en œuvre ou envisagées le sont non seulement en faveur des familles migrantes mais également en faveur des Aurignacais-es. En effet, au-delà de l’aide directement apportée aux résidents du PRAHDA, l’objectif est de créer les conditions pour que des publics et des cultures différents puissent se rencontrer.

Concrètement, l’association a mis en place un lieu d’accueil au centre du village, composé de deux volets : L’Abri.

En premier lieu, une “Donnerie” qui répond aux besoins matériels des habitants. Dans cet espace animé par des bénévoles d’Alter’Ego trois fois par semaine, tout Aurignacais, résident provisoire ou permanent, peut donner ce qu’il peut et prendre ce dont il a besoin (vêtements, chaussures, vaisselle, petit équipement) sans contrepartie.

En second lieu, un café solidaire, espace d’accueil, d’information et de rencontre, lui aussi ouvert à tout un chacun. Ce lieu de convivialité et de sociabilité a pour nom “L’Abri“, ce qui, au-delà de la dimension chaleureuse et protectrice évoquée, fait écho à l’histoire d’Aurignac. Les demandeurs d’asile comme les Aurignacais.e.s peuvent s’y retrouver pour partager un café, discuter et mettre en pratique les leçons de français, faire des jeux de société ou encore naviguer sur Interne

Certains mercredis, des bénévoles y organisent des ateliers : contée, confection de sablés, jeux de société, photographie, etc.

Les cours de français sont dispensés par des intervenants bénévoles plusieurs fois par semaine dans le cadre de cours collectifs : au-delà de l’apprentissage de la langue, ces séances sont aussi l’opportunité d’appréhender les coutumes et codes culturels français.

Un autre volet, logistique, concerne l’appui à la mobilité des familles migrantes par l’organisation de co-voiturage en vue de rendez-vous administratifs ou médicaux.

Alter’Ego s’efforce également de multiplier les rencontres entre les familles résidant au PRAHDA et les autres, à l’occasion des différentes manifestations locales fête de la St-Martin, exposition à St-Martory, course de boîtes à sardines, trail des Aurigines, visite du musée-forum d’Aurignac, etc. Depuis 2017, durant les fêtes de fin d’année, une soirée solidaire est organisée, autour d’un goûter et d’une auberge espagnole… ou plutôt du monde ! 

Le calendrier du projet

Toutes les activités mises en œuvre ont un caractère permanent.  Pour rappel, le PRAHDA fait l’objet d’une première convention de cinq ans entre Adoma, le gestionnaire et l’Etat.
L’assemblée générale constitutive de l’association Alter’Ego a eu lieu le 8 septembre 2017 et l’association a été déclarée en préfecture le 26 septembre 2017. Elle dispose d’un numéro SIREN depuis mi-octobre.
Les adhésions ont été officiellement lancées fin octobre.
Pour ce qui concerne les activités décrites précédemment, la plupart ont démarré entre octobre et novembre 2017 : ouverture de la “donnerie” deux puis trois fois par semaine ; aide alimentaire avec l’appui des Restos du Coeur ; co-voiturage vers Boussens, Saint-Gaudens et Toulouse ; lancement des cours de français ; premières sorties culturelles et soirées conviviales. L’ouverture de “L’Abri” a quant à elle eu lieu pour la semaine du 20 novembre.

Comment l’idée est née ?

En juillet 2017, une réunion publique a été organisée par le maire d’Aurignac afin d’informer la population du contexte et des enjeux liés à l’ouverture du PRAHDA en septembre 2017 (date initialement prévue) dans le village. Les autorités étaient représentées par Marie-Paule Demiguel sous-préfète, Jean-Michel Losego maire d’Aurignac, Bertrand Le Roy, directeur départemental de la cohésion sociale et Michel Kessouari, directeur d’Adoma.

Au cours de cette réunion, il a été confirmé que la commune n’avait pas été à l’initiative de l’ouverture du centre d’hébergement mais qu’il était de sa responsabilité de faire en sorte qu’elle se passe au mieux, tant au niveau des familles accueillies que de la population.
Plusieurs dizaines d’habitants d’Aurignac et des villages alentours étaient présents dans l’assemblée. Parmi eux, un certain nombre de personnes étaient déjà investies au sein de l’association Entra’mi (Entraide Migrants), constituée dans la commune de Saint-Martory, où un Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) a été ouvert en 2016.
Forts de leur expérience, ces bénévoles, rejoints par de nombreuses autres personnes, ont proposé de se réunir avant l’arrivée des premières familles migrantes afin de réfléchir à la pertinence de mettre en place un collectif citoyen visant à accompagner l’arrivée des demandeurs d’asile et à faciliter leur
insertion dans la vie locale.
Deux rencontres ont ainsi été organisées entre fin août et mi-septembre 2017, qui ont conduit à la création d’Alter’Ego. Le projet associatif a été validé par l’assemblée générale avant d’être décliné en axes d’intervention validés par le Conseil d’administration, lequel est composé du Bureau (cinq personnes) et des référents de chacune des commissions thématiques.